Skip to Content

archive

Archives : octobre 2014

post

Meeting de clotûre des universités de rentrée d’UN MONDE D’AVANCE

Retrouvez mon intervention aux universités de rentrée d’UN MONDE D’AVANCE le dimanche 5 octobre 2014.

post

Mon interview dans SUD OUEST 09.10.14

« Sud_Ouest »._Ce week-end, à Vieux-Boucau, vous avez évoqué une « scission » au PS ?
Henri Emmanuelli. Si, à la tête du PS, certains s’imaginent qu’en jouant sur le calendrier ou l’exode des militants déçus, ils arriveront à imposer une ligne politique qui n’était ni celle du PS ni celle de la campagne présidentielle, ils se trompent : ils risquent une scission. Aujourd’hui, face à certaines propositions surprenantes du gouvernement, le silence du PS est assourdissant.

Appelez-vous à la création d’un autre parti qui regrouperait la gauche de la gauche ? Vous suivez plutôt Hamon qui dit qu’il faut rester au sein du PS ou Montebourg qui appelle à créer un autre parti ?
Je n’ai jamais cru à la thématique de « l’ailleurs » ou prôné la tactique du débordement par l’extérieur. Sarkozy, se souvenant de l’échec cuisant de Balladur l’a bien compris : il brigue la présidence de l’UMP.

Le congrès en juin, n’est-ce pas trop tard ?
J’aurais préféré cet automne. Maintenant, il faut viser Juin 2015. Mais on va nous expliquer qu’entre les cantonales et les régionales, ce n’est pas possible en repoussant la date au plus près de la présidentielle pour asphyxier le débat.

Vous y croyez ?
J’y crois assez peu. Mais il faut faire pression : d’où mon appel à créer des comités « Vive la gauche » dans toutes les fédérations.

Comment expliquer la position sociale libérale de Hollande ?
Une partie de la gauche, minoritaire a toujours été tentée par le social-libéralisme. Rocard, déjà, souhaitait une alliance avec le centre. Mais ce n’est ni la ligne du PS, ni l’attente des électeurs de gauche. On peut comprendre qu’il faille s’adapter à une situation, mais pas que l’on prenne le contre-pied de nos engagements. Il y aussi la pression de Bruxelles qui devient dangereuse, irresponsable et de surcroit erronée : pour réduire la dette, il faut un minimum de croissance et d’inflation. Sinon, on creuse le déficit et on ne réduit pas le chômage. C’est ce qu’avec d’autres, je ne cesse de répéter depuis 2012. La zone euro est en train d’entrer en déflation, mais à Bruxelles, on continue à parler de la dette. Alors que les taux ne cessent de baisser…

François Hollande vous a-t-il déçu ?
Je ne vais pas éviter la question mais ce n’est pas que je sois déçu ou pas : je ne comprends pas. J’ai de l’estime et de la sympathie pour lui après plus de trente ans de compagnonnage politique, mais je ne comprends pas toujours ses choix. Pourquoi tout miser sur la politique de l’offre alors que tout le monde sait que l’offre sans la demande, ça ne fonctionne pas ? Pourquoi laisser mettre en cause les 35 heures alors qu’aujourd’hui il est tout à fait possible de moduler les horaires dans un cadre annuel ? Pourquoi laisser dire que la compétitivité est d’abord un problème de cout de la main d’œuvre alors que 8 fois sur 10 c’est un problème de stratégie ou d’investissement ? Non, je ne comprends pas bien ce qui se passe…

Qu’avez-vous pensé de la nomination d’Emmanuel Macron à l’économie ?
C’est un garçon brillant et sympathique qui, avec Boris Valaud, nous a beaucoup aidés dans le dossier Gascogne. Il lui reste à acquérir un peu de pratique politique. Et c’est un social-libéral affiché, tenant d’une vision qui a beaucoup infiltré la social-démocratie européenne et qui a toujours terminé sa trajectoire sur le retour de la droite au pouvoir. Ils ont leur utilité, mais point trop n’en faut ! L’ambiguïté de leurs recettes n’est sans doute pas étrangères au thème de l’UMPS cher au FN…

Quelle est l’alternative à UMPS ?
Des politiques clairement identifiables et non pas l’ambiguïté permanente. 2017 ne sera pas 2002. Ce sera beaucoup plus dangereux. Les Français se tournent vers le FN par rejet de l’existant. Si la gauche veut être au second tour, il faut qu’elle soit rassemblée. Si on veut qu’elle soit rassemblée, il faut éviter les choix politiques qui la divisent !

Le retour de Sarkozy, est-ce une bonne nouvelle ?
C’est surréaliste. Ce monsieur a été président pendant 5 ans. On a vu ce qu’il sait faire et ce qu’il ne sait pas faire.

Qu’avez-vous pensé des « sans-dents » de François Hollande tel que rapporté par Valérie Trierweiler dans son livre ?
Je connais Hollande, ce n’est pas son genre.

Hésitez-vous toujours au sujet des Départementales ?
Je prendrai ma décision à la fin de l’année. Je passe par des moments de découragement mais en même temps, il y a une série de projets en route… Et si le département ne les porte pas dans les Landes, qui les porte ? Et si je ne les tire pas, qui va les tirer ? La gauche est en grand danger sur ces élections. Les « antis-tout » m’inquiètent et me remotivent en même temps! Entre celles et ceux qui m’ont assez vu et ceux qui m’encouragent à continuer le boulot, j’hésite…Je ne sais pas où est le curseur.
Le renouvellement aura lieu mais avec des vents aussi contraires, faut-il prendre des risques ? On va veiller à ne pas perdre ce département. D’autant plus qu’à la différence des cantonales passées, ce ne sera pas une simple formalité, mais un combat.

Geneviève Darrieussecq pourrait y aller, qu’en pensez-vous ?
Je n’y crois pas trop. Je la vois plutôt à la Région.

Avec son frère, secrétaire départemental de l’UMP, l’union du centre et de la droite est-elle plus facile ?
Je ne suis pas certain qu’un clan familial soit le meilleur antidote au supposé « système » Emmanuelli régulièrement brandi par la droite à défaut de pouvoir trouver d’autres sujets de critiques.
Notre stratégie à nous, c’est de rassembler la gauche, ce que nous avons toujours fait bien que nous soyons majoritaires à nous seuls.
Avec les Verts, il est difficile de trouver un interlocuteur. Et leur opposition à tous les projets est très problématique. Mon souhait reste que ce département avance.

Sera-t-il difficile de trouver quinze femmes ?
Non, ça ne pose aucun problème.

Vous avez évoqué des projets en cours, quels sont les plus cruciaux à venir ?
Quatre projets sont particulièrement importants pour l’avenir des Landes : le renforcement de la destination golfique par le projet de Tosse, le renforcement de la destination Surf par le projet de vague artificielle incluse dans un vaste projet nautique, la zone d’activités Agrolandes pour le développement de notre filière agro-alimentaire et une structure innovante pour la maladie d’Alzheimer dont nous avons visité le prototype en Hollande. Un village entièrement fait et dédié aux personnes atteintes de cette terrible maladie et où ils peuvent conserver une vie sociale. Je sur-réagis parfois à certaines oppositions mais c’est tellement difficile aujourd’hui de créer des projets et de les faire avancer._Et on vit les freins comme une blessure. Il y a ceux qui tirent comme une mule et ceux qui empêcheraient la charrue d’avancer ? Or il faut aller de l’avant : dans le monde ou nous vivons ceux qui n’avancent pas reculent. Et il y a près de 20 000 chômeurs qui attendent, dont beaucoup de jeunes.

Après les départementales en mars, il y aura les régionales en décembre…
Ces élections-là seront plus politisées que les cantonales. Notre région n’est pas la plus exposée mais si les départementales seront difficiles, les régionales seront très difficiles. Je suis un peu inquiet de ce régionalisme qui monte, il y a comme un relent de France sous l’Ancien régime. Ça peut avoir du bon mais ça peut déboucher sur des choses plus inquiétantes.

Propos recueillis par Audrey Ludwig et Jean-François Renaut

post

Überprüfung von wissenschaftliche Facharbeit online Betrieb für Studis

Überprüfung von wissenschaftliche Facharbeit online Betrieb für Studis

Bedürfen Sie professionellen juristischer Text Publizist für der Darstellung Ihrer Klausurarbeit von Anfang an.

bewerbungsschreibenagentur.de – Völlige juristische Hausarbeit Formatierung Ghostwriterdienst

Review Formatierung Online-Schreibdienste als bewerbungsschreibenagentur.de sind bester Zuschuss für Hochschülern, die rechtzeitige und eindrucksvolle Rückhalt mit beschwerlicher szientifischen Bereitung brauchen. Read more »